Comment les marques peuvent-elles s’approprier les Beacons ?

42 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 5 LinkedIn 37 Email -- 42 Flares ×

Les beacons sont des petits capteurs Bluetooth à basse consommation (BLE) qui permettent de faire de la géo-localisation indoor en envoyant des signaux à basses fréquences aux smartphones à proximité. Ainsi, lorsque les personnes passent à côté, les capteurs sont capables de détecter les smartphones et de leur envoyer des informations par l’intermédiaire d’une application préalablement installée (l’application ne doit pas spécialement être ouverte pour le smartphone nouvelle génération). En plus de cela, ces petits capteurs ne prennent pas beaucoup de place car ils ne mesurent que quelques centimètres et sont surtout très économiques : leurs prix peuvent aller de 5 à env. 50€.

La technologie a été révélée au grand public par Apple avec ses iBeacons qui ont pris place dans les 254 Apple Stores Américains. En France, c’est Orange qui a lancé les Orange Beacons, déjà adoptés par les Pages Jaunes, Quicksilver, Sycomore, La Fourchette ou encore Le Château de Versailles. Il faut dire que cette solution de « mobile to store » a de quoi séduire notamment les secteurs du commerce et du tourisme car elle permet de booster la relation marque/consommateur, mais aussi d’enrichir et de personnaliser le parcours client que ce soit dans un magasin, dans une ville ou encore dans un parc d’attraction. Il permet également aux marques de récolter des données pour mieux comprendre les comportements de leurs clients/spectateurs.

ibeacons-orange-beacons-marques-technologie-reduction

Mais concrètement, quelles sont les possibilités pour les marques ? Voici une sélection de quelques initiatives qui nous montrent le champ des possibles de cette technologie.

Personnaliser les offres de réduction

La chaîne américaine Macy’s va installer plus de 4000 beacons dans ses points de vente. L’objectif pour le distributeur sera d’envoyer aux clients qui ont ouvert l’application un message de bienvenue pour commencer, puis des recommandations produits et des offres de réduction en fonction de l’endroit ou se trouvera le consommateur. L’offre est donc géo-localisée et hyper personnalisée, comme l’explique cette vidéo.

Dans un même genre, Coca Cola et le distributeur belge Delhaize ont également testé ce système :

Enrichir le parcours client

En Belgique, le musée Rubens s’est équipé de beacon placés judicieusement dans différentes parties du musée. Les spectateurs se voient prêter un iPad à l’entrée du musée, directement connecté à l’application. Au fil de leur parcours des informations complémentaires leur sont proposées sur les œuvres et ils ont la possibilité de voir en temps réel leur emplacement dans le musée. Le système permet aussi de vivre des expériences en réalité augmentée, comme passer au rayon X certains tableaux, visualiser les lieux à différentes époques…

Dans un cadre plus commerçant, c’est le Metro de Paris Bercy qui a équipé ses caddies d’une application de géo-localisation. Elle permet de s’orienter dans les rayons, de trouver rapidement l’emplacement d’un produit, de visualiser sa position dans le magasin, mais aussi de bénéficier de promotion comme pour Macy’s. L’autre point fort de cette application est que les responsables du magasin on également accès aux données des parcours clients : position en temps réel, nombre et durée des visites, temps passé par rayon et en caisse…

Concevoir des jeux-concours géo-localisés

Pendant la Coupe du Monde, Darty a installé des beacons pour dynamiser leurs jeux concours en point de vente. Si les clients avaient téléchargé l’application, ils recevaient un message sur leur téléphone lorsqu’ils se trouvaient à proximité du rayon TV. Ils étaient alors invités à participer au jeu et à tester leurs connaissances sur le mondial pour tenter de gagner un téléviseur 4K.

Darty-iBeacon-jeux-concours

Les beacons n’ont pas encore trop envahi l’univers des jeux concours ou de l’évènementiel mais il est certain que nous verrons prochainement des initiatives comme celle de Darty en point de vente, mais aussi des opérations de chasse au trésor dans les villes, connectées via ces beacons.

Créer des opérations originales

La marque de nourriture GranataPet et l’agence MRM//McCan ont inventé un dispositif évènementiel avec une machine qui oblige les chiens à faire du sport pour avoir le droit de manger des croquettes. Pour fonctionner, il faut que le maître envoie un message sur les réseaux sociaux avec le hashtag #SnackBall pour que la machine jette une balle au loin. Le chien doit la ramener le plus rapidement possible pour que son maître la replace dans la machine et que, en fonction de son temps, le chien ait droit à des croquettes. Comment ça marche ? La balle est équipée d’un beacon qui permet de savoir quand et en combien de temps le chien a ramené la balle.

Transformer les produits en objets connectés

La marque de bière Grolsch et l’agence Heads & Hands ont trouvé un moyen totalement innovant pour utiliser les beacons et transformer leurs bouteilles de bière en objet connecté. Pour cela, ils ont installé un petit beacon dans le goulot de la bouteille, qui donne la possibilité aux consommateurs de télécharger un film sur la plateforme Movie Unlocker lorsqu’ils se rapprochent de leur ordinateur ou leur smartphone.

La technologie beacon a en effet la grande force de pouvoir transformer n’importe quel produit en objet connecté : vélo, collier de chien, ordinateur, frigo… Comme le montre la vidéo de la start-up Estimote, un des pionners sur le marché des beacons, ces petits objets ont la capacité de pouvoir participer à la révolution des objets connectés de manière très simple et très pratique.

Les limites

Malgré les nombreux avantages que laissent entrevoir cette technologie, il faudra tout de même que les consommateurs acceptent de se laisser traquer par ses petites balises. La question de l’intrusion et de la conservation des données prend alors tout son sens. C’est pour cela que la CNIL a déjà emis quelques règles pour éviter certains débordement : « les données émises par le téléphone portable doivent être supprimées lorsque son porteur sort du magasin […] Le consentement préalable et éclairé des personnes est nécessaire pour pouvoir conserver les données non anonymisées plus longtemps. Ce consentement doit se manifester par une action positive. » Selon une étude Znet 50 % des consommateurs se déclarent hostiles à la géo-localisation dans tous les cas de figure mais 27 % y sont prêts s’ils reçoivent des contreparties intéressantes.

Restent maintenant aux géants de l’industrie technologique à éduquer les consommateurs et aux marques de profiter de cette opportunité pour proposer des réductions avantageuses et des opérations de communication innovantes et créatives !

Sources et inspirations : Le Hub (La Poste) et Creapills

42 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 5 LinkedIn 37 Email -- 42 Flares ×

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

42 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 5 LinkedIn 37 Email -- 42 Flares ×